Alain Modoux
Alain Modoux
Alain
Modoux
Expert-conseil en communication
-
Suisse
+41 22 796 76 01
...
Alain MODOUX, qui est titulaire d’une maîtrise (master) en sciences politiques (Université de Lausanne et Institut Universitaire de Hautes Etudes Internationales de Genève), a passé la plus grande partie de sa carrière professionnelle au service du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), d’abord sur le terrain comme délégué et chef de délégation en Asie du Sud-est, en Afrique occidentale et au Moyen-Orient, puis au siège, à Genève, comme chef du département de la communication et membre de la direction du CICR (1965-1989). Il est entré ensuite au service de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) à Paris, où il a occupé plusieurs postes de direction dans le domaine de la communication, dont celui de Sous-directeur général pour la liberté d’expression, la démocratie et la paix, puis celui de Sous-directeur général pour la communication et l’information (1989-2001). Ayant pris sa retraite de haut fonctionnaire international, il a terminé sa carrière professionnelle en tant que consultant auprès de diverses institutions internationales. A ce titre, il a été notamment conseiller du représentant du Gouvernement suisse en charge de l’organisation du Sommet mondial sur la Société de l’Information (SMSI, Genève 2003). Sur le plan académique, Alain MODOUX a été professeur-invité dans plusieurs universités en Asie, en Europe et en Amérique du Nord. Il est co-fondateur du réseau international des chaires UNESCO en communication (ORBICOM), organisation qu’il a présidée de 2002 à 2008. Par ailleurs, il a présidé en 1988 l’Association internationale des relations publiques (IPRA). Alain MODOUX a mis fin à ses activités professionnelles en 2011.

En tant que porte-parole officiel du CICR pendant de nombreuses années, Alain MODOUX a fait de la communication une composante essentielle de la diplomatie humanitaire. En outre, il a fait œuvre de pionnier en intégrant dans la conduite des opérations en zones de conflits la diffusion des principes humanitaires auprès des combattants et des populations touchées par les hostilités. Il a également mis en place un système d’alerte pour les journalistes en missions dangereuses (Hotline). A l’UNESCO, il a joué un rôle déterminant pour la promotion de la liberté de la presse dans le monde. Il a été notamment à l’origine de la proposition de l’UNESCO qui a amené l’Assemblée générale des Nations Unies, en décembre 1993, à proclamer le 3 mai ” Journée mondiale de la liberté de la presse ”. Son engagement en faveur de la liberté et de l’indépendance des médias lui a valu plusieurs distinctions internationales de la part de diverses organisations professionnelles des médias, notamment de l’Association interaméricaine de la presse (IAPA , Miami) et de l’Association internationale de radiodiffusion (AIR, Montevideo). Pour leur part, 9 organisations internationales et africaines des médias lui ont rendu un hommage solennel au Cap, en septembre 2011, ” for his seminal role in initiating the 1991 Windhoek conference on free, independent and pluralistic journalism and for championing the Windhoek Declaration through the United Nations General Assembly and UNESCO ” . A l’occasion du 20e anniversaire de la ” Journée mondiale de la liberté de la presse ” (3 mai 2013), Madame Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, lui a décerné la Médaille DuhoTaïno ” pour sa contribution exceptionnelle à la création de la Journée mondiale de la liberté de la presse ".